9 conseils pour un étudiant en prépa

Mn_29b Voici une liste de conseils, non-exhaustive, pour se sentir mieux dans sa prépa :

  • Prendre soin de son corps et l’utiliser pour apprendre activement (cf. kinésiologie pour apprendre)
  • Réfléchir à sa stratégie de réussite en s’appuyant sur ses expériences positives
  • Pratiquer la visualisation positive
  • Utiliser les 5 sens pour apprendre et revoir son cours le jour même, le lendemain ou le surlendemain et une semaine après le cours
  • Synthétiser ses lectures d’ouvrages (fiches bien structurées : Identification de la ressource, thème abordé, descriptif du document, résumé, idées phares, analyse personnel, impressions) et créer des cartes (Mind Mapping) pour pouvoir réviser efficacement
  • Utiliser le Mind Mapping pour la prise de notes (démarrer la compréhension et la mémorisation du cours dès la prise de notes)
  • S’entourer de personnes qui vous donnent de l’énergie et être bienveillant avec les autres (attention à l’environnement direct)
  • Tout organiser dans son agenda et prévoir obligatoirement des plages de temps pour “décompresser” quotidiennement
  • Faire des exercices pour prévenir le stress (EFT, méditation…)

 

Sylvie Arnoux, Coach d’orientation scolaire et professionnelle, à Rennes, en Bretagne
www.sylviearnoux.fr

 

Coaching scolaire

 

 

Comprendre le Mind Mapping et son intérêt

Mind-Map-gérer-projets-créer-produits-structurer-idées Le Mind Mapping est un outil d’apprentissage qui permet l’utilisation de notre tête, de notre coeur et de notre corps. Il permet d’analyser, d’argumenter, de faire des liens entre différentes connaissances. C’est un outil très utile dès le primaire vers 8 ans, pour apprendre une leçon, ensuite au secondaire pour analyser, argumenter, faire des liens entre les différents connaissances et mémoriser, enfin tout au long de notre vie.

Il s’agit de représenter l’information, un cours par exemple, de manière spatiale, visuelle et graphique, donc d’une manière qui correspond mieux à la structure de notre cerveau*. Pour ce faire, il est recommandé d’utiliser une feuille ou tout autre support au format paysage (et non portrait).

Souvent, quand on prend des notes, on empile les idées les unes à la suite des autres. Ce qui ne facilite pas la compréhension instantanée d’un cours et ne prépare pas à sa mémorisation rapide.Or, notre cerveau fonctionne de façon dynamique par association d’idées. Il est donc plus approprié de prendre des notes et de mémoriser un cours en mode Mind Mapping.

Cette carte, Mind Mapping est la représentation visuelle (un arbre, des couleurs et des dessins) de réponses à des questions ouvertes : vous écrivez votre sujet au milieu de la feuille et vous construisez votre carte en répondant aux questions : Comment ? Qui ? Quoi ? Combien ? Où ? Quand ? Pourquoi ? Pour Quoi ?

Chaque carte est individualisée car chaque personne construit sa carte avec ses pictogrammes, ses dessins, ses couleurs, qui font sens pour elle.

Lorsque l’on souhaite retenir une leçon facilement, il est important de construire sa carte le jour même, voire pendant la prise de notes. Ensuite, il est nécessaire de revoir sa carte en fin de journée (le jour de la leçon), le lendemain et une semaine plus tard.

Pour une personne dont la mémoire est plutôt kinesthésique, grâce à la carte, elle pourra suivre du doigt les informations. pour une personne dont la mémoire est plutôt auditive, elle pourra décrire et raconter les informations de la carte. Pour la personne dont la mémoire visuelle prédomine, elle pourra photographier les différentes composantes de la carte.

*Notre cerveau est composé de deux hémisphères : le gauche qui analyse, réalise et traite les détails, la logique et le droit qui prend en charge les couleurs, l’espace, imagine les solutions et synthétise. Quand, on fait fonctionner ces deux hémisphères du cerveau en même temps, l’attention, la réflexion, la compréhension, la mémorisation et l’imagination augmentent, tandis que la fatigue liée à l’utilisation des ressources cognitives est considérablement réduite. Cf.étude Université de Cordoue

Sylvie Arnoux, coach d’orientation scolaire et professionnelle à Rennes, en Bretagne
www.sylviearnoux.fr

Coaching scolaire

.

Viser juste en orientation : coach ou conseiller ?

Mn_loisir France 3 Paris Ile-de-France diffusait fin novembre un reportage sur le coaching d’orientation

Reportage sur la période très difficile du choix d’orientation

Quelles sont les différences entre un coach et un conseiller ?

Sans être exhaustives voici des différences que j’ai notées :

Le coach d’orientation intervient avant le conseiller d’orientation pour faire émerger les talents, les motivations, les passions de l’élève. Par ses questions et les outils de réflexion qu’il utilise, il amène l’élève à formuler un choix de métier qui lui correspond bien. Ce coach est choisi par l’élève et le coach choisit l’élève qu’il accompagne. Généralement, le coach d’orientation intervient dans un cadre privé.

Le conseiller d’orientation (4500 en France en 2012 pour environ 2 000 000 lycéens environ) intervient après le coach d’orientation pour donner  des informations précises sur les formations en convergence avec le métier choisi par l’élève. Ce conseiller n’est pas choisi par l’élève, tout comme le conseiller n’a pas le choix de l’élève qu’il reçoit. Généralement, le conseiller intervient dans un cadre public.

Ce sont donc deux métiers complémentaires qui répondent à des besoins différents avec des moyens différents.

Sylvie Arnoux coach d’orientation scolaire et professionnelle à Rennes, en Bretagne
www.sylviearnoux.fr

 

Coaching scolaire

Définition du coaching scolaire et étudiant selon Wikipédia

Coaching scolaire Définition coaching scolaire et étudiant selon Wikipédia

Le coaching scolaire (orientation – motivation – performance) “permet à l’élève/étudiant une meilleure adaptation aux exigences scolaires et une meilleure maîtrise de l’organisation de leur vie. Il s’adresse à tous, écoliers, collégiens, lycéens et étudiants jusqu’au Doctorat. Dans les faits, le coaching scolaire revêt la forme d’entretiens en face à face entre le client et son coach pour trouver et mettre en œuvre des actions réalisables pour atteindre son et ses objectifs. À la fin de chaque séance de coaching scolaire, généralement, un plan d’action précis est établi. Il sert à fixer les étapes.

Les résultats, attendus généralement des parents d’un coaching, sont concrets et le coaching s’attache justement à travailler sur du concret, permettant la progression des notes, la définition d’un projet professionnel, le choix d’un métier ou que leur enfant soit reçu à un examen. Le coach a donc des obligations et s’engage à donner les moyens à son client mais ne peut pas s’engager sur des résultats, surtout lorsque son client n’y met pas la bonne volonté et l’énergie nécessaire. C’est aussi au niveau de la responsabilisation, de la motivation, de la confiance en soi que le coach travaille pour que son client atteigne ses objectifs. Le coaching scolaire n’est pas un cours particulier ou un travail d’assistanat, le client prend en charge et assume la recherche et la mise en œuvre de ses solutions pour atteindre l’objectif. Il permet, au contraire, une prise d’autonomie et de se passer de toute forme d’assistance. La réussite du coaching scolaire est évaluable grâce à différents indicateurs déterminés au préalable en fonction des problèmes et donc de l’objet du coaching.”

Sylvie Arnoux coach d’orientation scolaire et professionnelle à Rennes, en Bretagne
www.sylviearnoux.fr

 

Coaching scolaire